Attention, pour pouvoir parcourir notre site , confirmez que vous avez + 18 ans.

Un peu d'Histoire !

Fondée en 1804, la Maison Plouvier a des racines profondes et des valeurs qui lui confèrent une authenticité dont peu de distributeurs peuvent se prévaloir.

La Maison Plouvier est située depuis 7 générations à Steenwerck dans le nord de la France.

Au début du 19e siècle, Steenwerck compte bon nombre de cabaretiers dont certains brassent leur propre bière. Il faut dire que les méthodes de conservation de la bière sont alors méconnues ; elles n’apparaîtront qu’en seconde partie de ce siècle. En attendant, la bière consommée est donc produite localement.

Naissance de la Brasserie Plouvier

Pierre-François le fondateur de la brasserie appelée à cette époque « Saint-Georges ». En ce milieu de 19e siècle, Pierre-François a la soixantaine et les actes d’état civil de ces années laissent à penser qu’il décide qu’il est temps de passer la main et enseigne à son fils Auguste Plouvier les ficelles du métier de brasseur.

Pour Auguste Plouvier:

  • 1848 : Meunier et cultivateur - Brasseur et meunier
  • 1849 : Brasseur et meunier
  • 1851 : Brasseur

Peu à peu la brasserie profite des progrès techniques et passent de l’artisanat à l’industrie.

La Grande brasserie

Quatre générations de brasseurs

A compter du 1er Février 1848, Auguste Plouvier prend en main la destinée de la brasserie jusqu’à son dernier souffle, son épouse lui donnera six enfants.

En 1865, la Brasserie s’agrandit avec la construction d’un magasin à grains au dessus de la brasserie.

Auguste rend l’âme en juin 1875 mais le partage des biens entre les héritiers ne s’effectue que fin 1878.

Dominique Plouvier l’ainé de la fratrie va reprendre la totalité des biens des parents dont la brasserie. Il est compris dans la transaction, quelques terres et maisons mais surtout 17 autres cabarets qui témoignent du développement de l’entreprise.


Il établit son foyer à coté de la brasserie en maison de maitre. Il s’agit d’une maison de maitre massive, tout en symétrie comprenant 31 ouvertures en 1905.

Alors que la Première Guerre Mondiale se profile, Dominique Plouvier prépare sa succession.

En 1914, pour le mariage de son fils Henri avec Madeleine Pruvost, Dominique offre en dot les droits qu’il possède dans la dite société.

Le conflit mondial éclate et détruira totalement la maison de maître et endommage la brasserie en 1916. Celle-ci est démantelée par les Allemands pour la fabrication des armes et munitions.

Toujours est-il, qu’Henri Plouvier et son épouse vont seuls remettre à flot l’établissement après la fin des hostilités.

La maison de maitre

Henri Plouvier et son épouse Madeleine Pruvost acquièrent également la maison de maitre en ruine et le terrain d’environ 48,52 ares. Ils reconstruisent celle-ci avec les indemnités de dommages de guerre. La nouvelle construction érigée à partir de l’été 1921 sur les fondations de l’ancienne est celle que nous connaissons aujourd’hui dans lequel se trouve le parc municipal de Steenwerck.

Cette nouvelle maison de maître est d’un style jouant avec les volumes, les reliefs, les symétries et asymétries.

Ce jeu sur les volumes, les couleurs et les matériaux, tout comme la multiplicité de traitement des ouvertures participe à la richesse de cette demeure et donnent à sa façade arrière une vision de décor de théâtre. Aujourd’hui, cette maison de maître fait partie assurément du patrimoine remarquable de Steenwerck.

Dans les années 1930, la Maison Plouvier dispose de 12 chevaux pour le transport et une trentaine de personnes travaillent à la brasserie « Saint Georges ». On y brasse plus de 3 000 hectolitres par an. Les produits fabriqués sont la bière de l’Ours d’Alsace, et la Nourrissante.

L’arrêt de la brasserie « Saint Georges »

Malheureusement, comme pour de nombreux brasseurs régionaux, la seconde guerre mondiale éclate et à l’été 1943. Face à l’occupation allemande, Henri Plouvier et son épouse assistent impuissants à la destruction de leur outil. Elle ne s’est pas relevée et n’a pas pu relancer la production.


L’activité de négoce en boissons

Après la seconde guerre mondiale. Le fils d’Henri, Gérard Plouvier préfère se consacrer à la distribution de toutes boissons et s’installe entrepositaire. Cette affaire de négoce, de distribution de boissons en gros et au détail, est toujours en activité et se transmet de père en fils. Elle est aujourd’hui dirigée par Guy Plouvier, fils de Gérard.

Ses camions qui parcourent désormais la Région des Hauts de France, rappellent par la mention « Fondée en 1804 » le lien qui les rattache à la brasserie établie par Pierre-François à l’époque napoléonienne.

Le logo actuel de la Maison Plouvier reprend le moyen de transport de leurs ancêtres, c’est-à dire le cheval et sa charrette.

La septième génération est aujourd’hui représentée par Pierre Plouvier, le fils de Guy.